Neuro-oncologie : techniques chirurgicales

Traitement chirurgical

Le but de la chirurgie en matière de neuro-oncologie est de procéder à l’exérèse de la tumeur, en respectant la fonction.

L‘IRM et l’IRM fonctionnelle, permettent de préparer le planning chirurgical en visualisant les fonctions motrices sensitives visuelles, de langage et éventuellement cognitives.

La tractographie, plus récemment permet de visualiser les voies fonctionnelles les plus importantes, qu’il s’agisse du faisceau pyramidal, des voies optiques, des faisceaux profonds …

La neuronavigation permet à partir d’images IRM préopératoires de construire une stratégie d’abord de la tumeur, en se repérant dans l’espace. Cette technique peut être utilisée en peropératoire , mais elle ne tiendra pas compte des déformations des tissus apparaissant au cours de l’exérèse.

L’échographie peropératoire repèrera lors de l’intervention la tumeur en temps réel et ce malgré les déformations. Certains systèmes permettent au fur et à mesure de l’exérèse de recaler les images de neuronavigation.

La stimulation corticale per opératoire utilisée initialement dans la chirurgie des gliomes de grade II OMS pour repérer les zones intra ou juxtatumorales fonctionnelles peut actuellement être proposée pour la prise en charge de toute tumeur. Elle peut ainsi permettre l’exérèse de lésions corticales au contact des aires et voies motrices. Chez le patient opéré éveillé, elle va permettre de réaliser une résection tumorale, au contact des aires et voies motrices sensitives, visuelles ou langagières.

L’utilisation du microscope opératoire ou de l’endoscope  facilite la visualisation de la tumeur et son exérèse si elle est ventriculaire ou profonde.

La fluorescence peropératoire apparue plus récemment permet de visualiser le tissu tumoral grâce à l’utilisation d’un traceur fluorescent spécifique et d’un microscope à filtre sélectif faisant apparaître les zones tumorales rendues fluorescentes.

Dans certaines tumeurs, le chirurgien peut être amené à mettre en place une chimiothérapie locale (après contrôle anatomopathologique confirmant la nature gliale maligne), comme la carmustine(implant résorbable) commercialisée ici sous le nom de Gliadel®.

Si l’exérèse chirurgicale est jugée impossible, compte-tenu de la localisation ou de l’étendue de la lésion, on aura recours à une biopsie le plus souvent en condition stéréotaxique, de manière à obtenir des prélèvements tumoraux   permettant une analyse anatomo pathologique qui guidera au mieux les traitements complémentaires.

Bibliographie

1. Benouaich-Amiel A, Delattre J.Y.
Actualités dans les tumeurs cérébrales.
Bull Cancer 2006; 93 (1):73-81
.

2. Stummer W. et al.
Fluorescence-guided surgery with 5-aminolevulinic acid for resection of malignant glioma : a randomised controlled multicentricentre phase III trial.
Lancet oncol, 2006; 7:392-401.

3. Carpentier A.C.
La chirurgie des gliomes cérébraux en 2008.
Cancer Radiother. 2008; 12 (6-7): 676-686
.

4. Pang B.C. et al.
The role of surgery in high-grade glioma – Is surgical resection justified ? A review of the current knowledge.
Ann Acad Med Singapore. 2007; 36:358-363
.

5. Duffau H.
New concepts in surgery of WHO grade II gliomas: functional brain mapping, connectionism plasticity.
A review. J Neurooncol 2006; 7977-115.

6. Fontaine D, Duffau H, Litrico S.
New surgical techniques for brain tumors.
Rev Neurol. 2006;162(8-9):801-11.