Conseils sur l’organisation des Réunions de concertation pluridisciplinaire (RCP) en cancérologie dans le contexte de l’épidémie au Covid-19

INCa – ACORESCA – oncoBFC

Version validée au 18 mars 2020

Dans la mesure du possible, maintenir la tenue des RCP avec un triple objectif :

  • – Ne pas retarder la prise en charge des patients qui en ont besoin,
  • – Ne pas mobiliser inutilement les médecins non absolument nécessaires à la discussion,
  • – Ne pas favoriser la transmission du virus entre les médecins de la RCP.

Il est vivement conseillé de privilégier la mise en place de réunions dématérialisées, en vous appuyant sur la visioconférence ou la téléconférence, y compris si les médecins exercent dans le même établissement.

Rapprochez-vous de votre 3C (Centre de Coordination en Cancérologie) et de votre Réseau régional de Cancérologie pour savoir si des outils partagés peuvent-être utilisés ou si des organisations particulières ont été mises en place.

Si la tenue d’une RCP (entièrement ou partiellement) dématérialisée n’est pas possible, il faut dans ce cas respecter les consignes sanitaires nationales, en veillant à se tenir régulièrement informé de leur éventuelle mise à jour (https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus) : se tenir à plus d’un mètre de distance, éviter les contacts physiques, utiliser les mouchoirs jetables et éternuer dans son coude, mettre un masque et éviction au moindre doute.

Dans tous les cas, il est important :

  • – D’optimiser le temps passé par les médecins en RCP et de privilégier les dossiers nécessitant une discussion, les cas complexes et les dossiers de recours. Les dossiers standards seront à minima enregistrés dans les outils RCP (DCC ou outil local).
  • – De limiter strictement le nombre de participants aux personnes indispensables au bon fonctionnement de la RCP (quorum, expertise). Lorsque la tenue d’une RCP par visio ou téléconférence n’est pas possible, le maintien d’une distance minimale d’un mètre en chaque participant sera strictement observé afin de minimiser les risques de transmission.