Les 10 idées reçues sur l’activité physique et cancer

1)  L’activité physique c’est forcément du sport

FAUX 

Avoir une activité physique, ce n’est donc pas forcément pratiquer un sport. Tout mouvement corporel par la contraction volontaire des muscles produit une augmentation de la dépense énergétique : ces mouvements constituent l’activité physique.

Le sport, en revanche, est un exercice physique pratiqué le plus souvent dans le cadre d’un règlement.

« L’activité physique ne se réduit pas à la pratique sportive et à la compétition. C’est aussi les tâches ménagères, le bricolage et les activités de loisirs »

2)  L’activité physique, ça doit faire mal pour être efficace

 FAUX

L’activité physique telle qu’elle est définie, n’est pas censée être douloureuse, qu’il s’agisse de marche, de vélo, de natation. Ce sont des activités physiques modérées, bénéfiques pour notre santé.

Si l’activité physique est pratiquée de façon intense, il faut que se soit pratiquée avec mesure, dans un cadre qui protège l’organisme.

Parlez-en à votre médecin et écoutez votre corps !

3)  De l’activité physique pendant les traitements c’est possible

VRAI

On a longtemps demandé aux patients de limiter l’activité physique. En fait, il n’en est rien, bien au contraire : l’activité physique adaptée fait partie des soins oncologiques de support et permet de diminuer certains symptômes pendant les traitements.

En effet, elle permet d’améliorer la qualité de vie, l’état psychologique et émotionnel, l’observance aux traitements ainsi que la condition physique. 

4)  Seul le repos diminue la fatigue

FAUX

La fatigue liée au cancer est un phénomène très fréquent : 80% des patients atteints de cancer présentent une fatigue.

Des études ont montrés qu’aucun traitement médicamenteux n’est efficace sur ce symptôme et qu’une des principales causes de la fatigue liée au cancer est liée au déconditionnement physique.

Aujourd’hui nous savons que quelque soit le moment de la prise en charge du cancer, la pratique d’une activité physique (AP) permet une réduction d’environ 30%  du niveau de fatigue (comparativement à l’absence d’AP) quelque soit le stade (localisé ou métastatique).

5)  L’activité physique permet de diminuer le risque de récidives de certains cancers

VRAI

A ce jour, certaines études établissent un lien entre l‘activité physique et certains cancers. L’activité physique diminuerait le risque de rechute et l’impact des morbidités liées aux traitements.

En effet, une activité physique pratiquée régulièrement après les traitements permet de diminuer le risque de récidive d’environ 50% notamment pour les cancers du sein et du colon.

Cette diminution du risque de rechute augmente avec le niveau d’activité physique, il y a un effet dose/réponse. C’est-à-dire que plus on est actif plus il y a de bénéfices pour la santé notamment avec la diminution du risque de récidives pour certains cancer.

6)  L’activité physique, on doit en faire beaucoup, longtemps pour que ce soit efficace

 FAUX 

 C’est ce que l’on croit, à tort. Si la régularité paye, l’intensité et la durée dépendent de nos aptitudes.

Trente minutes de marche à un bon rythme (éventuellement 2×15 minutes ou 3×10 minutes) s’intègrent plus facilement dans notre vie quotidienne.

Des choses simples comme prendre les escaliers, vous rendre au travail à bicyclette ou descendre du bus deux arrêts avant votre destination finale pour marcher le reste du trajet peuvent s’échelonner au fil de la journée et s’intégrer à vos activités quotidiennes habituelles.

Votre corps connaît ses limites, écoutez le !

7) Pratiquer un exercice physique coûte trop cher. Il faut du matériel, des chaussures et des vêtements spéciaux …

 FAUX

Il est possible de pratiquer un exercice physique pratiquement partout et cela ne nécessite pas nécessairement du matériel!

La marche est peut-être l’exercice physique le plus pratiqué et le plus fortement recommandé et c’est tout à fait gratuit. Il n’est pas impératif de se rendre dans une salle de sport, à la piscine ou dans d’autres installations sportives spécialisées pour pratiquer un exercice physique.

8)  L’activité physique peut-être pratiquée à tous âges

 VRAI

Il y a des activités physiques adaptées à tous les âges de la vie, Il faut seulement choisir une activité physique en fonction de ses envies et de ces capacités. Allez à votre rythme et progressivement, ceci est valable à n’importe quel âge.

De plus, Il a été constaté qu’un exercice physique régulier améliorait les capacités fonctionnelles et la qualité de vie des personnes âgées. Il est recommandé aux adultes de plus de 65 ans de pratiquer au moins 30 minutes d’un exercice physique d’intensité modérée cinq jours par semaine.

9) L’activité physique peut diminuer le risque de survenue de certains cancers

 VRAI     

En effet, plusieurs études ont suggéré un rôle protecteur de l’activité physique pour certains cancers. Notamment du colon, du sein et de l’endomètre, avec des diminutions du risque respectivement estimées à 17, 20 et 27% pour les personnes physiquement plus actifs par rapport aux moins actifs.

Pour d’autres cancers, en revanche, les données restent encore insuffisantes pour en tirer des conclusions.

10)  L’activité physique pendant les traitements aggrave les douleurs

FAUX

L’activité physique adaptée (APA) pratiquée dans un contexte de traitement d’un cancer n’a pas d’effet indésirable et n’engendre pas de complication. Pendant les traitements, l’APA doit-être encadré par des professionnels formés en cancérologie pour garantir la qualité et la sécurité de la prise en charge des patients.

Le médecin oncologue doit délivrer un certificat de « non contre indications à la pratique d’une activité », c’est la seul limitation possible à la pratique d’une activité physique.

A toutes les périodes, avant, pendant et après les traitements l’activité physique doit être adaptée à objectifs personnels et à l’état de forme sur le moment. Si une douleur apparait ou persiste il faut en parler à un médecin ou à un professionnel formé (Professeur APA, Masseur Kinésithérapeute).

Il faut être à l’écoute de son corps et s’adapter !

Page mise à jour le 14/03/2014